Piece of train Août 2005

Publié le par Rodolphe

Il y a de la serennité à puiser dans ce train aux têtes clairsemées du petit matin.


Je suis entré le boulet dans la gorge et le souffle court, relents coupe-mouvement d'une nuit de colère. Puis, peu à peu, sans tout d'abord percevoir les sourires apaisés sur la rumeur des conversations, je me suis laissé aller aux cahots du train, aux arbres verts, humides, au ciel gris et bleu qui bordent la voie.


Ma colère s'est fondue dans l'air frais du wagon, diffuse libération, j'ai ôté le regard de la fenêtre, peu de gens étaient là, ils semblaient discuter avec les sièges, acceptant avec douceur leur part d'absence, d'abîme, un couple seul ne voyait que lui. Les autres semblaient heureux de la journée qui se profilait et de ces sièges déserts, qu'une présence rayonnante finirait bien, dans un futur proche ou lointain, par combler.


Incomplets et calmes, échos indolents des cahots du train, je remerciais, pour une fois, les hommes de m'entourer.


Publié dans Archives ancestrales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article